Article

Femme enceinte

L’ostéopathie et la femme enceinte

L’ostéopathie et la femme enceinte

Parce que chaque femme est unique, leur grossesse l’est également. Cependant, on retrouve des douleurs similaires lors de ce joli processus. Problème de sciatique, douleurs lombaires, problèmes de constipation, douleur costales, difficultés à la respirations, migraines. Tant de problématiques que l’ostéopathie peut prendre en charge.

Les femmes ont toutes des morphologies différentes, cette morphologie continue d’être différente lors de la grossesse. Vous avez tous déjà vu une femme enceinte de 6 mois chez qui l’on pourrait croire qu’elle est à terme et une autre qui dissimule plutôt bien la petite merveille qu’elle est en train de faire grandir? Alors, on pourrait se demander pourquoi toutes les femmes n’ont pas le même ventre lors de cette période. Et bien cela est en rapport avec la forme du rachis lombaire. En effet, les femmes présentant des lordoses plus accentuées “les femmes cambrées”, auront majoritairement un ventre bien rond et qui ressort plus. Tandis que les femmes présentant une lordose moins accentuée, quant à elles présenteront un ventre moins proéminent.

L’explication de ce phénomène est simple. Lorsque la lordose est plus accentuée, le rachis lombaire qui occupe la moitié de la cavité abdominale aura tendance à être accentuée et participera à la déformation de l’abdomen, en poussant vers l’avant l’utérus et tout ce qu’il contient. Si la place disponible vers l’arrière est suffisante, alors le ventre de la femme ressortira moins, voir pas. Il ne faut pas oublier que dans ce phénomène il existe un deuxième acteur important: la tonicité de l’abdomen. Chez une femme présentant un abdomen tonique, il ne laissera que peu d’amplitude de mouvements foetaux.

La posture chez la femme enceinte

“Si le ventre et bas et bien rond c’est une fille, attention s’il pointe vers l’avant ce sera un petit prince !”

Mesdames, messieurs, vous avez déjà toutes et tous entendu ce joli mythe sur comment définir le sexe du bébé à l’oeil nu. Dans ce petit paragraphe, je risque de remettre ceci en question. Mais pas de panique, vous pourrez toujours essayer de deviner le sexe par vous même.

Comme je l’introduisais plus haut, les morphologies féminines lors de la grossesse varient. Selon la position de l’utérus, les douleurs pourront également varier.

Contrairement aux idées reçues, les muscles ne sont pas rejettés sur le côté pour laisser la place à l’utérus pour la croissance foetale. En réalité, les muscles s’amincissent et s’écartent.

Il existe deux équilibres différents:

  • Lorsque le ventre est en position haute, il est alors à distance du bassin osseux. La femme aura alors besoin dun tonus musculaire élevé au niveau abdominal mais également des muscles de la partie haute du corps tels que les pectoraux et les muscles dorsaux. On aura alors un temps expiratoire plus cours. La partie supérieure du corps ainsi que le rachis cervical seront orientés vers l’arrière, on sera alors en présence d’une bascule du bassin avec une augmentation de la lordose lombaire. Les tensions musculaires seront alors plus présentes en dessous de l’ombilic.

  • Au contraire, en cas de positon basse, l’utérus sera proche du bassin osseux. Dans ce cas là, le tonus musculaire est moins engagé. L’utérus est alors en arrière, tandis que le corps lui est ramené vers l’avant. Les tensions musculaires quant à elles seront présentes au dessus de l’ombilic. Cette morphologie ci est moins fréquente.

Les douleurs chez la femme enceinte

Sciatalgie

Motif récurrent de consultation de la femme enceinte, la sciatalgie ou douleur sur le territoire du nerf sciatique s’étend le plus souvent dans la fesse et la cuisse. Ces douleurs sont souvent secondaires à dysfonctions du bassin et/ou des lombaires. Ce qui est le cas lors de la grossesse. Ces deux zones subissent de nombreux changements et pressions. Elle apparait généralement entre le 5ème et le 8 ème mois de grossesses. C’est l’une des douleurs présente lors d’un utérus positionné vers l’avant.

Un peu d’anatomie: au niveau du bassin, nous trouvons le muscle piriforme. Ce muscle, se situe en profondeur de la fesse. Lors de sollicitations trop importantes, ce muscle vient comprimer le nerf sciatique et donc provoque une symptomatologie bien précise.

Lombalgie

Plus de la moitié des femmes font fasse à des douleurs lombaires lors de leur grossesse. Elle est notamment du à un l’utérus orienté l’avant et qui augmente la lordose lombaire et vient créer des tensions supplémentaires.

Costalgie

Les douleurs costales, peuvent arriver lorsque le bébé est positionner contre les côtes de la maman, se dernier induisant une pression supplémentaire. Les côtes suivant le mouvement de la respiration peuvent alors se montrer douloureuses sur les grands mouvements respiratoires mais également aux mouvements.

Reflux gastro-oesophagien

Les RGO touchent entre 30% et 50% des femmes enceintes. Ils peuvent cependant s’étendre du début jusqu’à la fin grossesse et peuvent également s’intensifier au fil des trimestres. Les changements hormonaux qui ralentissent la digestion, cause cette problématique.

Douleurs ligamentaires

Les douleurs ligamentaires les plus courantes engendre des symptômes au niveau de l’aine et de la symphyse pubienne, ces douleurs sont presque inévitables surtout en fin de grossesse. Les causes de ces dernières sont :

  • Le poids du bébé
  • La laxité ligamentaires déclenchée par les hormones
Problèmes circulatoires

La rétention d’eau est présente chez plus de la moitié des femmes enceintes, elle est dû aux changements hormonaux. En effet, la progestérone détend les parois des vaisseaux et le retour veineux en est donc perturbé. Surtout présente lors du troisième trimestre. Bien que cette dernière ne présente pas de danger, elle peut être indisposante. Dû à la gravité, les membres inférieurs sont les plus touchés. Le port de bas de contention et la réalisation de certains exercice permettront de minimiser les impacts.

Migraines

Chez les femmes souffrant de migraines, lors de leur grossesse celles-ci peuvent s’amplifier. Cependant, elles peuvent aussi toucher les femme n’ayant auparavant jamais eu de migraines. Les hormones sont quelques peu chamboulées et les fluctuations sont très importantes. C’est cette fluctuation hormonale qui déclenche les migraines. Elles perdurent lors des premiers mois puis finissent par disparaitre car le taux hormonal est toujours aussi élevé mais reste stable.

Constipation

Le corps d’une femme pendant sa grossesse, subit des changements physiologiques et hormonaux. Ces changements sont là encore les acteurs principaux de cette dysfonction. Le système digestif et donc le transit ne fait pas exception. Comme on le disait plus haut, le taux hormonal varie.

La progestérone, relâche les tissus, y compris les muscles lisses de l’intestin. Sa mobilité est moins efficace le transit est donc ralenti. On trouve également d’autres facteurs favorisants la constipation: la compression des intestins par l’utérus et les compléments alimentaires notamment pour les anémies en fer.

La constipation arrive le plus souvent lors du deuxième trimestre et peut perdurer jusqu’à trois mois post partum.

L’ostéopathie et la femme enceinte

L’ostéopathe sera là pour faire un diagnostic clair des déséquilibres qui cause les diverses douleurs. En plus d’un traitement précis, il pourra également vous donner des exercices et des conseils à appliquer chez vous, afin de pouvoir détendre les tensions du quotidien.

Les exercices sur la swiss ball ou communément appeler “ballon de yoga”, ont prouvé leur efficacité dans la prévention des douleurs en périnatalité.

Coralie Litzler

Ostéopathe D.O

Write a Comment

Me contacter

Me contacter