Article

Crâne sphère ORL

L’ostéopathie et la migraine

L’ostéopathie et la migraine

Les maux de tête sont un phénomène très répandu, mais il ne faut pas confondre les céphalées aux migraines. En effet, les migraines ont des caractéristiques bien spécifiques. De plus, elles évoluent par crises.

Quels sont les symptômes de la migraine?

La caractéristique principale de la migraine est la pulsatilité. Le patient aura l’impression de ressentir des battements au niveau du crâne. La migraine, déclenchera des douleurs unilatérales au niveau du crâne. Le patient devra souvent faire face à de la photophobie et phonophobie, c’est-à -dire que peut après la survenu de la crise, le patient ne pourra supporter ni le bruit ni la lumière.

Plusieurs facteurs sont à l’origine des migraines . Ces dernières peuvent être dues à une excitabilité neuronale anormale ou à des facteurs environnementaux tels que les hormones, le stress et les aliments. Sous oublier les prédispositions génétiques.

Quels sont les différents types de migraines ?

Les migraines ne sont pas toutes les mêmes, éléments déclencheurs, symptômes, durée. Elles ont toutes leurs caractéristiques propres. Voici les différents types de migraines

  • Les migraines cataméniales (calées sur le cycle menstruel): il s’agit de crises sans aura. L’aura étant symbolisée par des troubles visuels. Ces crises migraineuses, sont déclenchées par la chute du taux d’oestradiol en fin de cycle menstruel. Elles surviennent entre J-2 et J+3 du cycle.
  • Les migraines médicamenteuses: ces crises migraineuses sont le plus souvent liées à la durée du traitement. Le mal de tête réapparait des que l’analgésique n’est plus efficace. Une tolérance à la médication s’est créée, les patients ont donc besoin de doses plus fortes. Ce qui conduira à une augmentation des fréquence et en intensité lorsque vous ne prenez pas d’antalgique.
  • Les migraines ophtalmiques : les migraines ophtalmiques qui sont les plus courantes, plus fréquentes chez les femmes que les hommes. Il s’agit d’une céphalée vasculaire. Elle peut commencer dès le matin. Dans ces crises là, il pourra avoir la présence d’aura visuelle, d’images géométriques plus ou moins nettes. Cette aura peut durer entre 10 à 20 minutes puis elle suivi d’une crise de céphalée avec un hémicrâne pulsatile parfois à bascule (à droite puis à gauche). Le patient pourra alors être soumis à une asthénie forte (grande fatigue), accompagnée de symptômes tels que des nausées voir de vomissements qui une fois présents soulageront la crise en cours.

Les migraines peuvent être plus fréquentes lors de troubles de la convergences qui justifieront alors d’une rééducation orthoptique. Lorsque le patient souffre de sinusites (épisodiques ou chronique). Cependant, il existe un autre facteur d’aggravation des migraines : l’arthrose cervicales ou raideur antalgique.

Diagnostic différentiel de la migraine

Il est important de savoir distinguer une migraine d’autres pathologies pouvant avoir des symptômes similaires.

L’algie vasculaire de la face

Elle touche le plus souvent les hommes. Elle est réputée pour ces crises déclenchant des douleurs épouvantables chez le patient atteint, à prédominance orbitaire. Cette pathologie évolue par crise de manière unilatérale et apparaît plus généralement la nuit. Au niveau de l’hémiface douloureuse, le patient pourra souffrir d’une rhinorrhée, d’oeil rouge, de larmoiement, d’un myosis (qui est une contraction de la pupille). Dans l’algie vasculaire de la face on parlera de zone gâchette.

  • Algie vasculaire de la face : évolue par crise, unilatérale, noctures, spontanées, douleur épouvantable. Dans l’hémiface douloureuse, on voit aussi rhinorrhée, œil rouge, larmoiement, myosis (contraction de la pupille).
  • Nevralgie du nerf trijumeau : douleur vive et intense procédant par éclairs le plus souvent à type de décharges électriques, en salves. La douleur est localisée de manière unilatérale, au niveau du maxillaire supérieure, dans le territoire sous-orbitaire, la douleur pouvant prendre naissance au niveau de la lèvre supérieure, de l’aile du nez ou de la gencive supérieure. Parfois l’atteinte sera au niveau du maxillaire inférieure.
  • Nevralgie d’Arnold : la névralgie d’Arnold est décrit comme une douleur en hémicranie en éclair, à type de décharge, debrûlure, déclenchée par le mouvements du cou, de la charnière cervico-occipitale. Souvent liée à une arthrose des articulations postérieure de C1/C2/C3 ou à un traumatisme.
Céphalées de tension: elles peuvent avoir des causes multiples. On trouve dans celles-ci:
  • Une origine péri orbitaire avec un œil rouge, une douleur unilatérale, péri-oculaire, irradiante. La cornée peut être double. Il peut exister une mydriase (augmentation du diamètre de la pupille). Il existe d’autres causes visuelles telles que la fatigue, les troubles de la vision.
  • Les causes ORL : les patients souffrants d’une céphalée de tension peuvent être sujets à des troubles ORL tels qu’une sinusite ou certaines tumeurs malignes le plus souvent mais également des otites suppurées.
Les céphalées postérieures sont elles dû à:
  • L’arthrose : Elle débuté en général vers l’âge de 50 ans
  • La névralgie d’Arnold : donnant des céphalées unilatéral du à la compression du nerf occipital d’origine cervicale.
  • HTA : céphalée en seconde partie de nuit, qui disparaît dans la matinée, elles évoluent en même temps que les poussées d’hypertension artérielle.
  • Céphalées psychiques : ces céphalées donnent lieux à des sensation de fourmillements et de paresthésies (picotements, engourdissements). On parle alors de céphalées occipitales y , associé à de fréquentes tensions oculaires.

Le risque de migraines peut diminuer par la diminution de la consommation d’alcool, une meilleure qualité de sommeil, une diminution du stress ainsi que la modification de la posture au travail pour diminuer la tension des muscles du rachis cervicales et des membres supérieurs.

Les traitements de la migraine
  • Les AINS
  • Les traitements de fond
  • Relaxation
  • Thérapie cognitives et comportementales pour gérer le stress
  • L’hypnose
L’ostéopathie et la migraine

Les tensions accumulées au niveau de l’intégralité du corps créant des compensations conduiront à des tensions. Localisées au niveau des cervicales et du crâne, ces dernières tracteront ce que l’on nomme fascia. Les fascias entourant la boite crânienne seront dont tractés et donneront lieux à une compression ce celle-ci, dont la migraine sera la résultante.

L’ostéopathe, pourra alors prendre en charge le patient souffrant de migraines afin de le soulager. En effet, grâce à un panel de techniques précises, l’ostéopathe pourra soulager les tensions accumulées au niveau des membres supérieurs, du dos mais également au niveau du rachis cervical et du crâne. Il est essentiel de garder en tête qu’un check-up complet est essentiel pour redonner une bonne mobilité à l’ensemble du corps.

Ecrit par Coralie Litzler, Ostéopathe D.O

Articles récents

Me contacter

Me contacter